DESCRIPTION DU BATEAU À L’ACHAT

Ancien bateau de location pour vacanciers estivaux, il peut accueillir jusqu’à 8 personnes. Ce chiffre est en réalité un peu surfait car 2 couchages sont un genre de brancard qu’on suspend au-dessus des lits existants, et personnellement je ne mettrais pas un adulte dedans.
Il mesure 62 pieds de long (près de 20 mètres) sur 6,10 pieds de large (environ 2 mètres). Ce qui réduit l’espace vital intérieur à environ 28m2. Cela peut sembler ridiculement petit, mais à Londres, c’est le luxe, sérieusement !

Pour la plaquette descriptive officielle, telle que fournie par le vendeur, c’est par ici:

On rentre par l’arrière, dans ce qui peut être considéré comme une chambre d’amis, cela sert de « hall » d’entrée, avec quelques rangements et un lit simple de chaque côté, puis vient la salle de bain contenant même une baignoire sabot (!) qui semble visiblement dater de l’époque où on faisait encore ce genre de baignoire. En face: le lavabo et les toilettes à « pump out ». Il faut savoir qu’il existe un certain nombre d’options quant aux toilettes de bateau. Greg se fera un plaisir d’approfondir le sujet pour vous dans un article prochain 🙂 .

Derrière les toilettes, se trouve notre lit conjugale, un véritable « king size » pour nains : 1m20 de largeur. Et si vous vous posez la question, oui, nous avons parfois les odeurs, non pas des nains mais des toilettes. Vous avez suivi ? Bref, revenons à nos moutons, ou à nos nains dans le lit :  la chambre se compose donc d’un lit et… c’est à peu près tout ! On a même dû mettre une petite étagère au-dessus de nos têtes pour servir de table de chevet, et Greg a également rajouté une prise électrique au passage, car il n’y avait qu’une seule prise de courant pour tout le bateau, et celle-ci se trouvait dans le salon. La petite étagère en question est tellement petite qu’elle permet à peine de maintenir tout le « brol » (je vous offre ce petit reste de belgicisme) qu’on lui met dessus et on se fait régulièrement tomber sur le nez nos téléphones et autres livre ou crème pour les mains… Entre les odeurs, les nains, les moutons, et trucs qui nous tombent sur la tête, vous comprenez peut-être mieux pourquoi on fait des travaux ?

Continuons donc la visite des lieux : aux pieds du lit se trouve deux petits placards qui gardent autant que faire se peut les vêtements que nous avons eu la place de conserver. Suit ensuite la deuxième salle d’eau, avec douche cette fois, toilettes à pump out et lavabo. Nous y avons désormais installé les appartements de Pouce, notre chattoune, avec litière et gamelles (il avait fallu trouver un endroit hors d’atteinte de Loulou le Terrible, qui se délectait non seulement des repas de Pouce, mais également de ses repas digérés, si vous voyez ce que je veux dire…). Cette pièce sert également d’entrepôt à outils plus ou moins encombrants. On a actuellement plus de matériel de bricolage que de vêtements…

On passe à la cuisine, un joli U très exigüe et peu pratique pour les grands cuisiniers que nous sommes (bah oui quand je fais un gâteau une fois par an j’ai besoin de place ! :P). Plus sérieusement, il n’y a pas de plan de travail et on aimerait pouvoir mettre quelques appareils ménagers, donc l’agrandissement de la cuisine est un des grands chantiers prévus. Et qui sait, ça me donnera peut-être envie de m’y mettre !

Last but not least, le salon/salle à manger/bureau, tout en un : une table + un banc convertible en lit avec 2 mini placards. Ce fameux salon, avec l’unique prise électrique, à laquelle nous avons rajouté quelques petites sœurs pour l’occasion.

Cette agréable pièce donne sur le pont avant, qui fait office de terrasse (pour les petits monstres principalement) sous laquelle se trouve  le réservoir d’eau.

Nous avons ainsi fait le tour du propriétaire.
C’est un peu comme vivre dans un wagon de train, mais en plus étroit. Les premiers mois ont été assez pénibles, car s’habituer à vivre à deux dans un couloir au niveau de l’eau, ce après avoir vécu seule dans 80m2 au 16e étage avec vue sur la ville, ce n’est pas tous les jours plaisant, et on se rend compte que les normes de simple confort qu’on avait étaient en réalité le grand luxe.

Une fois la claustrophobie passée, il faut s’habituer aux bruits. Il y a les bruits du bateaux, et plus étonnant, il y a les bruits de l’extérieur. Mais l’extérieur c’est la nature. Se faire réveiller par les poussins d’eau qui couinent car ils ont perdu leur mère, ou sursauter au milieu de la nuit car les cygnes martèlent la coque pour picorer les algues et autre résidus qui les nourrissent, ce sont des expériences étonnantes et à la fois réjouissantes. Je n’ai jamais été aussi près des oiseaux, le nid des poules d’eau est littéralement à moins d’1 mètre du bateau, le cormoran vient plonger sous mes yeux et le héron me toise du haut de la bite d’amarrage à quelques mètres de ma fenêtre, sans parler des oies sauvages, mouettes et autres goélands, canards en tous genres…

Dans une maison, on ne s’en rend compte qu’après devoir passer la nuit seule en ayant regardé des films d’horreur, mais il  y a toute sorte de bruits que l’on considère comme normaux (craquements de poutres, couinement de porte, claquement de volets, etc.). Dans un bateau, le moindre petit bruit vous fait vite penser au Titanic… Les premières semaines étaient très angoissantes, surtout lorsqu’au moment de s’endormir on entend des bruits plus ou moins forts qu’on n’arrive pas à identifier. On finit par prier qu’on ne sera pas réveillé par la montée des eaux… Et puis on se rend compte au bout de quelques temps que ces bruits sont devenus familiers, faisant partie de l’ambiance sonore, et servant presque de berceuse.

DESCRIPTION DES TRAVAUX À EFFECTUER

Tout changer ! 🙂
L’agencement des pièces, l’ordre des pièces, les meubles, la déco, la peinture intérieure et extérieure, la plomberie, l’électricité, le système de chauffage, l’isolation, l’électroménager, bref, tout sauf la coque et le moteur !
Ça sera long et fastidieux, mais au final ce sera notre chez nous. On espère avoir le temps d’en profiter avant de voguer vers d’autres horizons…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *