Réservée en avril et payée en totalité début août (360£), on avait gardé sous le coude une semaine de « vacances » pour pouvoir mettre le bateau en cale sèche afin de refaire le bitumen, cette peinture au goudron prouvée cancérigène et délétère pour l’environnement, qui recouvre l’extérieur de la coque afin de la protéger de la corrosion, des chocs et de la faune et la flore locale qui tendent à y s’y loger. La liste des tâches à effectuer s’est allongée au fur et à mesure que le temps passait, au point de vouloir repeindre la totalité de l’extérieur du bateau…

Arrivée à bon port prévu pour le 16 septembre à 8h du matin, ça pique d’avance !

Jour 1, samedi 16 septembre

Notre mooring est à 3h de là. On devait, par sécurité, partir la veille et dormir à mi-chemin. Mais sans lumière et sans essence c’était compliqué. On a résolu le problème de l’essence avec des jerrycans prêtés par les voisins, mais le problème éternel fut en vérité le travail de Greg. Il décide donc qu’on partirait à 5h du mat’ pour être à l’heure et comme à son habitude, il travaille toute la nuit. Je me couche, dors à peine 3h, et lorsque je me lèveà 4h45, il est en call avec une collègue de Dublin qui « n’arrive pas à dormir tellement elle est stressée ». Donc non, Greg n’est pas le seul fou dans cette boite.

On part finalement avec une heure de retard (évidemment) et on se retrouve coincés derrière un wide beam à l’arrivée à l’écluse. Impossible de joindre le boat centre par téléphone, et donc de savoir s’ils nous attendent ou pas…

Après une course effrénée à 5km/h pour espérer ne pas se faire refuser la place (rien ne sert de courir il faut partir à point, me direz-vous, sauf qu’avec un Greg, on ne part jamais à point! Et le bateau ne court malheureusement pas bien vite), nous arrivons juste à temps, à notre grande surprise ! En réalité, ils ont eu des problèmes de leur côté pour ouvrir la porte de l’écluse pour la cale, ce qui explique notre chance!

Les mecs du boat yard prennent en charge le bateau, ainsi que celui de notre voisin. Ce couple de vieux ne reste pas, ils « livrent » leur bateau pour se faire faire le blacking. Pendant qu’on observe l’eau diminuer dans la cale et la coque se découvrir petit à petit, eux prennent leur bagages, leur chat, et s’en vont, laissant leur narrowboat aux mains expertes des ouvriers de ce petit yard familial.

Bon, on y est ! Mais encore faut-il s’organiser un peu. On va à la chandelerie, le magasin du yard, pour se faire expliquer comment ça se passe. Les ouvriers feront le bateau du voisin dès midi et nous donneront pour 15h le high pressure washer, un Kärsher surpuissant. En attendant Greg décide de tester un peu ses outils, en gros il s’éclate!

A midi passé, on a faim et on a besoin d’aller récupérer la voiture. On décide de prendre un Uber pour rentrer à Northolt, on prend la voiture et on essaie de trouver un truc pour chopper un sandwich… Rien sur la route, on retourne à Uxbridge, se gare, et finalement allons à pieds au centre commercial tout près d’ici. Ca semblait si simple… On a dû mettre 30 min à trouver l’entrée piétonne du bâtiment…

Bref, on finit par trouver des sandwichs (Marks & Spencer) puis on rentre les manger avant d’attaquer la bête ! Greg passe le Kärsher comme un pro, le bruit de la machine + l’eau sur la coque terrorisent un peu les petits loups qui eux ont interdiction de sortir du bateau, de peur qu’on ne les perde. Mais ils finissent par s’habituer sans soucis.

A 18h, on arrête, il reste une petite partie que je ferai moi-même demain !

On va promener Loulou qui a été bien patient, puis on file à la marina pour prendre une bonne douche chaude (il n’y a pas de facilités sur le site du dry dock). Greg ayant (encore) besoin de travailler, on se dirige au restaurant en face de la marina pour utiliser leur wifi en mangeant. Pas de bol, durant 2h de repas Greg n’arrivera pas à se connecter !

La journée a été longue, on rentre donc se coucher pour attaquer, un peu moins fatigués, un nouveau jour de chantier !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.